Oui! François Hollande relève le "niveau de la campagne".

Publié le par revenonsenfrance

Beaucoup de commentateurs français et étrangers, tout comme certains sondages, montrent que les observateurs sont déçus du niveau de la campagne qui ne serait pas à la hauteur des enjeux actuels.

 

Mais comment en est-on arrivé là?

 

Etrangement, la campagne a eu tendance à rejoindre le niveau des pâquerettes lors de la déclaration (l'officielle) de Nicolas Sarkozy. Une campagne contient toujours son lot d'attaques et de piques, c'est de bonne guerre. La stratégie de l'équipe sortante est de pilonner les propositions adverses et les défauts physiques ou psychologiques du candidat socialiste pour mieux faire oublier ses propres scandales internes et le peu de crédibilité de ses propres idées qui sont systématiquement démontées par leur infaisabilité.

 

Pour suivre les meetings de François Hollande autant que ceux de Nicolas Sarkozy il est évident que le premier à un vrai cap, un vrai projet de société. Son programme est lisible et l'objectif global n'a pas varié depuis sa candidature.

 

Oui le premier temps du mandat sera celui de l'effort partagé où chacun devra contribuer au redressement de la France tandis que la seconde moitié permettra de redistribuer les fruits de l'effort.

 

Oui il y a un cohérence dans son projet: répartir l'effort national en dissuadant les rémunérations excessives.

 

Oui sa ligne de conduite est claire:  sortir du tout économique pour passer à une économie plus durable sur le plan social et environnemental.

 

Oui la jeunesse sera sa priorité, cela se traduit par faire cesser l'hémoragie dans l"éducation nationale, aider les jeunes des quartiers défavorisés, permettre l'insertion professionnelle par le contrat de génération.

 

Côté UMP qu'avons nous? des propositions au coup à coup, sans visée claire, édictées selon les tendances. Des idées purement électoralistes destinées à plaire à tel ou tel corps électoral. Propositions qui sont systématiquement discréditées par les spécialistes des domaines concernés.

 

Un programme destiné à faire gagner un parti et non un pays.

 

Dans les "dernières nouvelles d'alsace" du jour, François Hollande donne sa définition de la campagne que je partage: "Faire campagne, donner mes propositions, éclairer la conception que j’ai de notre pays pour les prochaines années me paraît être la meilleure démarche. Le reste n’est que surenchères, polémiques, intimidations dans lesquelles je ne veux pas tomber".

 

Une campagne humaine tournée vers les gens et non vers des clients en somme...

 

 

 

 

Commenter cet article